03 59 28 18 29

OBJET DE VOTRE DEMANDE

INFORMATIONS PERSONNELLES


En savoir plus sur le traitement de vos données personnelles.
Menu
19 Rue Jean Baptiste Corot
62100 Calais
Du lundi au vendredi
De 8h30 à 12h et de 14h à 18h30
Contactez-nous Honoraires
Maître Ludovic Sartiaux
Avocat au Barreau de Boulogne-sur-Mer
02/10/2020 11:27

SANCTION EN CAS DE DEFAUT OU D’ERREUR DU TAUX EFFECTIF GLOBAL (SUITE)



Nous avons évoqué dans un article précédent l’ordonnance n° 2019-740 du 17 juillet 2019 relative
aux sanctions civiles applicables en cas de défaut ou d’erreur de TEG est venue clarifier et simplifier
les règles appliquées jusqu’à présent.

Pour mémoire, antérieurement à l’entrée en vigueur de ce texte, des distinctions étaient faites entre
les différents types de crédit, entre une erreur ou absence dans une offre ou un contrat de crédit, la
nullité coexistant avec la déchéance du droit aux intérêts.

C’est ainsi que si l’erreur affectait l’acte de prêt lui-même et non l’offre, la sanction était la nullité de
la stipulation de l’intérêt conventionnel et la substitution à l’intérêt conventionnel de l’intérêt légal.
Une sanction unique est désormais instituée : celle de la déchéance du droit aux intérêts, sans
substitution du taux d’intérêt légal et dans une proportion à fixer par le juge.

Mais, en vertu de l’article 2 du code civil qui dispose que « la loi ne dispose que pour l’avenir ; elle n’a
point d’effet rétroactif », l’ancien régime de sanctions distinguant selon que l’erreur dans le calcul du
TEG affecte l’offre de prêt ou l’acte de prêt semblait devoir continuer à s’appliquer aux contrats
conclus antérieurement à l’entrée en vigueur de l’ordonnance du 17 juillet 2019.

Or, dans un arrêt récent (1 ère chambre civile 10 juin 2020 n° 18-24.287), la cour de cassation a affirmé
que « pour permettre au juge de prendre en considération, dans les contrats souscrits antérieurement
à l’entrée en vigueur de l’ordonnance précitée, la gravité du manquement commis par le prêteur et le
préjudice subi par l’emprunteur, il apparaît justifié d’uniformiser le régime des sanctions et de juger
qu’en cas d’omission du taux effectif global dans l’écrit constatant un contrat de prêt, comme en cas
d’erreur affectant la mention de ce taux dans un tel écrit, le prêteur peut être déchu de son droit aux
intérêts dans la proportion fixée par le juge ».

Cet arrêt a été rendu dans une espèce concernant une erreur affectant le TEG dans un contrat de
prêt du 17 octobre 2008.

Le principe de non rétroactivité de la loi et celui de la survie de la loi ancienne auraient donc dû
amener la cour à appliquer la sanction ancienne à savoir la nullité de la stipulation d’intérêt
conventionnel et la substitution par un intérêt au taux légal.

Cette solution, surprenante au premier abord, peut s’expliquer par le fait que la nullité de la
stipulation d’intérêts qui frappait jusqu’à présent les omissions ou erreurs affectant le TEG au sein du
contrat n’était pas prévue par la loi mais par la jurisprudence rendue au visa de l’article 1907 du code
civil et au visa des dispositions particulières au TEG.

Or, le principe de non rétroactivité ne s’applique qu’à la loi et pas à la jurisprudence, les revirements
de jurisprudence ayant vocation à s’appliquer à toute situation qu’elle soit antérieure ou postérieure.
Quoi qu’il en soit, il résulte de cette décision de la cour de cassation qu’il n’existe plus qu’une seule
sanction applicable en cas d’omission ou d’erreur affectant le TEG, que cette omission ou cette
erreur affecte une offre ou une acte de prêt et quelle que soit la date de cette offre ou de cet acte :
la déchéance du droit aux intérêts, sans substitution du taux d’intérêt légal dans la proportion fixée
par le juge.

Retour

Vous appréciez, partagez !
Ludovic Sartiaux Phone03 59 28 18 29
Adresse19 Rue Jean Baptiste Corot
62100 Calais