Actualités

OPPOSABILITE DE LA CESSION DE CREANCE

Publié le : 27/09/2021 27 septembre sept. 09 2021

Nous avons exposé dans des articles précédents le fait que, depuis 2016 et la réforme du droit des obligations, le régime de la cession de créance et de son opposabilité avait été libéralisé.

En effet, alors que l’ancien article 1690 du code civil subordonnait l’opposabilité d’une cession de créance au débiteur à sa signification (« le cessionnaire n’est saisi à l’égard des tiers que par la signification du transport faite au débiteur »), le nouvel article 1324 n’exige plus qu’une simple notification (« la cession n’est opposable au débiteur, s’il n’y a déjà consenti, que si elle lui a été notifiée ou s’il en a pris acte »).

Rappelons que si la signification nécessite l’intervention, la notification peut se faire par simple courrier.

Un arrêt récent de la Cour d’Appel de DOUAI (chambre 8 section 3 16 septembre 2021 n° RG 21/00889) est venu opportunément rappeler et préciser que cette notification implique le respect d’un certain nombre de conditions pour rendre opposable au débiteur cédé une cession de créance détenue à son encontre.

En l’espèce, le débiteur, représenté par moi-même, avait interjeté appel d’un jugement du Juge de l’Exécution de Boulogne sur Mer ayant rejeté sa demande de nullité de commandements de payer qui lui avaient été signifiées par une société financière qui n’était pas son créancier originaire.

Cette société qui se prétendait cessionnaire de la créance avait fait signifier deux actes qui visaient deux créances distinctes et qui valaient à la fois signification de cession de créance et commandement de payer avant saisie-vente.

Le Juge de l’exécution de Boulogne sur Mer avait déclaré valides les commandements de payer avant saisie vente en retenant notamment qu’ils indiquaient clairement la référence des titres exécutoires  ainsi que la mention de la cession de créance intervenue.

En appel, je faisais valoir, notamment, que l’opposabilité de la cession de créance et donc sa notification régulière au débiteur cédé devaient nécessairement intervenir préalablement à l’engagement d’une voie d’exécution.    

Je rappelais les termes de l’article L 111-2 du code des procédures civiles d’exécution qui dispose que « Le créancier muni d’un titre exécutoire constatant une créance liquide et exigible peut en poursuivre l’exécution forcée sur les biens de son débiteur dans les conditions propres à chaque mesure d’exécution » et en déduisait que l’engagement d’une voie d’exécution par un créancier invoquant une cession de créance à son bénéfice supposait que cette cession ait été rendue préalablement opposable au débiteur cédé et par conséquent que la notification soit intervenu préalablement à toute voie d’exécution.

La Cour d’Appel valide l’argument.

Elle affirme que dès lors que la cession de créance n’est pas opposable au débiteur tant qu’il n’en a pas été informé par notification ou qu’il n’en a pas pris acte, à moins qu’il ait consenti à la cession en y participant, l’acte de saisie fondé sur un titre exécutoire obtenu par le cédant ne peut être valablement délivré par le cessionnaire au débiteur cédé qu’en vertu d’une cession du titre exécutoire préalablement notifiée à ce dernier.

Elle ajoute que si l’acte de notification n’a pas à contenir les conditions de la cession, et notamment son prix, doit en revanche y figurer la substance de la convention, « afin de permettre au débiteur cédé de connaître non seulement le changement de créancier et le nom de ce dernier mais également les éléments lui permettant d’identifier et individualiser la créance cédée ».

Elle relève en l’espèce que l’acte de cession qui était joint aux commandements contestés ne mentionnait pas le nom du débiteur cédé et appelant ni un numéro qui aurait permis d’identifier les créances cédées.

Elle en déduit que la société intimée a engagé la procédure d’exécution forcée sans avoir au préalable signifié au débiteur la cession de créance. 

Le jugement de première instance est donc infirmé et la nullité des commandements contestés ordonnée.
 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK