Actualités

FONDEMENT DE LA FAUTE INEXCUSABLE DE L’EMPLOYEUR

Publié le : 08/09/2021 08 septembre sept. 09 2021

Par trois arrêts récents (8 octobre 2020 n°18-25021 ; 18 mars 2021 n° 19-24284 ; 8 avril 2021 n° 20-11951), la 2ème chambre civile de la cour de cassation est venue apporter une précision sur le fondement de la faute inexcusable de l’employeur.

Elle indique que la faute inexcusable de l’employeur qui est caractérisée lorsque ce dernier « avait ou  aurait dû avoir conscience du danger auquel était soumis le travailleur et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour l’en préserver » découle de l’existence d’un « manquement à l’obligation légale de sécurité et de protection de la santé » du travailleur.

Cette référence au manquement à l’obligation légale de sécurité de l’employeur est une nouveauté et constitue une précision du fondement de ce mécanisme juridique particulier qu’est la faute inexcusable de l’employeur.

Rappelons que la loi du 9 avril 1898 a substitué à la responsabilité civile le principe d’une responsabilité sans faute mais forfaitaire du chef d’entreprise à l’égard du salarié victime d’un accident du travail.

En vertu de cette loi, le salarié victime d’un accident du travail bénéficie d’une présomption d’imputabilité et n’a pas à démontrer la faute de l’employeur pour obtenir réparation.

La contrepartie et donc l’inconvénient pour le salarié tient dans le caractère forfaitaire de la responsabilité de l’employeur et donc dans une limitation de cette responsabilité.

Cela étant, la victime salariée peut néanmoins prétendre à une indemnisation complémentaire lorsqu’elle rapporte la preuve d’une faute inexcusable de l’employeur (article L 452-1 du code de la sécurité sociale).

Par un arrêt « Veuve Villa » du 15 juillet 1941, la cour de cassation a défini la faute inexcusable comme une faute d’une exceptionnelle gravité, dérivant d’un acte ou d’une omission volontaire, en l’absence de tout fait justificatif.

Longtemps exceptionnelle, la reconnaissance de la faute inexcusable s’est banalisée avec des arrêts du 28 février 2002 par lesquels la chambre sociale de la cour de cassation a mis à la charge de l’employeur une obligation de sécurité de résultat et est venu précisé la définition de la faute inexcusable.

Depuis ces arrêts, il y a faute inexcusable quand « l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié et qu’il n’a pas pris les mesures nécessaires pour l’en préserver »


Les trois récents arrêts rendus par la 2ème chambre civile de la cour de cassation ne sont pas venus modifier cette définition de la faute inexcusable mais sont venus préciser son fondement.

La cour de cassation précise que la faute inexcusable de l’employeur découle d’un « manquement à l’obligation légale de sécurité et de protection de la santé ».

Ce faisant, elle pose le caractère légal de l’obligation de cette obligation de sécurité de l’employeur, alors qu’il avait été jugé (arrêts Amiante du 28 février 2002) que la faute inexcusable de l’employeur procède de la violation d’une obligation imposée « en vertu du contrat de travail le liant à son salarié ».
Par ailleurs, la cour de cassation ne fait pas référence à l’idée d’une obligation de résultat alors même que la jurisprudence antérieure avait pu affirmer de façon ponctuelle que la faute inexcusable de l’employeur trouvait son fondement dans une obligation de sécurité de résultat, notion pourtant intrinsèquement contraire à toute idée de faute.

Reste à savoir si ce changement de fondement de la faute inexcusable implique un changement de son régime. 

Le principe en la matière est qu’il appartient à la victime d’apporter la preuve que l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger et, d’autre part, que celui-ci n’avait pas pris les mesures nécessaires pour en préserver son salarié.

Cette conscience du danger est souvent déduite de la simple omission de prendre les mesures nécessaires pour protéger le travailleur du danger encouru (cour de cassation 2ème chambre civile 16 septembre 2003) ou du non-respect de la réglementation en matière de sécurité (cour de cassation 2ème chambre civile 12 mai 2003).  

Sur ce point, l’arrêt du 8 avril 2021 a déduit la conscience du risque à partir de la seule constatation de la défectuosité d’un balcon à l’origine du dommage.

La cour assimile ainsi dommage et fait générateur, mais, il n’en reste pas moins que le principe selon lequel le salarié doit rapporter la preuve de la faute de l’employeur est maintenu.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK